Fiabilité de PerfectPower

Sera entièrement refait et synthétisé en Janvier 2017

 

Il est essentiel de savoir exactement tout ce qui constitue la fiabilité d’une mesure de performances avec un smartphone, et en particulier la fiabilité d'une mesure de puissance, car c’est un domaine beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, et vous verrez que si la qualité de l’application destinée à mesurer ces performances est bien sûr fondamentale, la qualité du matériel utilisé (smartphone) et surtout des mesures réalisées (facteurs extérieurs) ont aussi une grande importance… J’observe d’ailleurs que sur Internet, personne n’explique vraiment cela, mais c’est maintenant chose faite avec PerfectPower. Comme expliqué dans Pourquoi choisir PerfectPower, cette application hors normes apporte une réelle nouveauté sur le marché des applications smartphone de performances automobile dans le domaine des mesures de puissance, de fiabilité de ces mesures, et de transparence, et elle entend bien le prouver en particulier dans cette rubrique présente Fiabilité de PerfectPower – Théorie, ainsi que dans la rubrique Fiabilité de PerfectPower – Pratique qui constitue la preuve dans la pratique de tout ce qui est avancé dans cette rubrique.

 

Je vais maintenant vous expliquer dans cette rubrique toute la théorie des mesures de performances au smartphone, et en particulier avec PerfectPower. Vous allez voir que ce domaine est bien plus complexe et bien plus vaste que ce qui se dit habituellement, et vous deviez vous en douter puisqu’à l’exception de PerfectPower, aucune application smartphone de performances automobile ne donne satisfaction à 100%, mais vous allez surtout voir que justement, PerfectPower maitrise ce domaine, ce qui lui permet d’avoir des résultats d’une fiabilité prodigieuse comparable à celle de matériels professionnels coutant des milliers ou des dizaines de milliers d’euros, tout cela pour seulement 22 euros... 

 

Important : Cette rubrique ne traite que des mesures d’accélérations et de puissance, nécessitant une rigueur particulièrement importante pour plusieurs raisons, comme la nécessité de paramétrer des données bien précises ou l’utilisation pour ces deux types de mesures de la centrale inertielle (accéléromètre + gyroscope) du smartphone extrêmement précise, mais nécessitant en contrepartie un soin particulier sur la qualité de la fixation du téléphone et de la route de mesure. Les mesures de reprises, basées elles sur le récepteur GPS du smartphone, ne nécessitent pas une rigueur aussi importante, et il sera quasiment impossible d’avoir de vrais problèmes de mesure de reprises, sauf à le faire exprès ! En revanche, la médiocre qualité du GPS des smartphone (qui sont des outils grand public) ayant pour beaucoup une fréquence dérisoire de 1 Hz (sans parler de la précision toute relative d’un système GPS comme je l’explique en question Q21 de la FAQ), combinée à l’obligation de mesurer dans des zones parfaitement dégagées pour que le signal GPS soit de bonne qualité, fait que la précision des résultats des mesures de reprises sera bien souvent très moyenne (et ce sans qu’aucune erreur de mesure n’ait pourtant été faite), merci de le comprendre. J’aurais pu ne jamais créer ce mode de reprises dans PerfectPower étant donné cet état de fait, mais j’ai choisi de le faire pour satisfaire malgré tout tous les passionnés de voitures sportives, et en me disant que les smartphones de l’avenir incorporeraient des GPS plus précis et plus rapides, améliorant ainsi la précision des mesures de reprises avec PerfectPower.

 

 

 

I) Fiabilité d'une mesure de performances avec un smartphone

 

Voici les 3 types de fiabilité constituant la fiabilité d’une mesure d’accélérations et de puissance avec un smartphone, avec le détail de tous les éléments les constituant. Lorsque PerfectPower réalise parfaitement l’un de ces éléments, il est signalé en italique. De même lorsqu’un smartphone réalise parfaitement l’un de ces éléments, avec en plus la mention d’un numéro de liste entre parenthèses faisant référence à une liste de smartphones donnée plus bas en annexe.

De plus, une mesure de puissance intégrant bien plus de paramètres et étant bien plus complexe à réaliser qu’une mesure d’accélérations, les éléments concernant spécifiquement les mesures de puissance sont marqués en rouge.

 

 

 

1) FIABILITE LOGICIELLE (application)

 

à Bonne programmation : Calculs justes et non décalés, excellente méthode, corrections judicieuses, excellente calibration générale et spécifique, etc…

à Traitement du signal irréprochable (filtrages judicieux des grandeurs mesurées) (exclusivité PerfectPower)

à Prise en compte et traitement irréprochable du pitch (exclusivité PerfectPower)

à Prise en compte et traitement irréprochable de toutes les données minimales indispensables au calcul de la puissance moteur avec une excellente justesse (exclusivité PerfectPower)

à Calcul irréprochable des différentes pertes pour remonter à la puissance moteur avec une excellente justesse (exclusivité PerfectPower) 

à Absence de bugs


 

 

2) FIABILITE MATERIELLE (centrale inertielle)

 

à Excellente précision (idéalement <= 0,02 m/s²) (liste n° 1)

à Excellente fréquence (idéalement >= 50 Hz) (liste n° 2)

à Excellente tenue vibratoire (excellent rapport signal sur bruit : faible sensibilité au bruit, fréquences de résonance bien situées) (liste n° 3)

à Eventuelles compensations (en température et vibrations surtout)

à Minimum de défauts annexes (dérive en température et en usure, défauts d’alignement, erreurs de positionnement, etc…). A noter qu’une bonne calibration peut compenser la plupart de ces défauts...

 

 

 

3) FIABILITE DE MESURE (facteurs extérieurs)

 

Setup (paramétrage de l’application)

à Calibration générale correcte (faite correctement, régulièrement –1 fois/ 6 mois-, et par 20° C)

à Norme de correction et conditions météo correctes

 

Paramétrage de la fiche Voiture

à Pitch correct

à Rapports de boite & pont et dimension des pneus corrects

à Paramètres autres que pitch, rapports de boite & pont et dimension des pneus corrects

 

Fixation du téléphone

à Jeu nul (le plus important, et de très loin...)

à Minimum de vibrations

à Positionnement correct (angle de 5° à 85° par rapport à l’horizontale, bien aligné avec la route, et non incliné latéralement-)

 

Route de mesure

à Route plate

à Route lisse

 

Protocole de mesure

à Calibration spécifique correcte (faite bien à l’arrêt, sans démarrer avant la fin)

à Bonne voiture sélectionnée en écran Test

à Mesure de puissance faite EXACTEMENT comme expliqué dans le guide (pas d’erreur possible pour l’accélération :il suffit de mettre pied dedans sans réflechir, tout le monde en est capable...)

à Rapport de boite utilisé pour la mesure de puissance égal au rapport de boite renseigné dans la fiche Voiture

à Régime de fin de mesure atteint dans la mesure de puissance égal au régime de fin de mesure renseigné dans la fiche Voiture

 

Conditions de mesure

à Route plate et lisse

à Mesures en ligne droite

à Absence de vent

à Pneus chauds et bien gonflés

à Voiture fonctionnant correctement

 

ATTENTION : Les conditions de mesure n’affectent en aucun cas la fiabilité de la mesure elle-même, qui reste bonne, mais la fiabilité des résultats (accélérations comme puissance), sous-estimés (vent de face, route montante, pneus sous-gonflés, etc) ou sur-estimés (vent dans le dos, route descendante).

Pour annuler ou tout du moins fortement limiter l’influence des deux seuls facteurs que l’on ne peut pas contrôler (la route et le vent), il est vivement recommandé de faire une mesure dans chaque sens, et d’en faire la moyenne.

En revanche, si vous voulez faire du développement moteur (c’est possible avec PerfectPower !), ne faites alors les mesures que dans un seul sens, et en partant toujours du même point de départ, afin d’égaliser justement cette influence d’une mesure à l’autre : les mesures ne seront pas forcément parfaites en valeurs absolues si la route est en légère pente et/ou si il y a du vent, MAIS ce n’est pas du tout l’objectif quand on fait du développement, on vise seulement une égalisation des conditions de mesure pour cibler exactement et uniquement l’impact des modifications effectuées.

Dans tous les cas, reportez vous au chapitre VII-2 du guide où tout ceci est expliqué en détail.

 

 

 

Annexe : Listes des excellents smartphones testés respectant les recommandations idéales de PerfectPower :

Liste n° 1 : iPhone 4S, iPhone 4, Google Nexus S

Liste n° 2 : iPhone 4S, iPhone 4, iPhone 3GS, Google Nexus S, Samsung Galaxy S

Liste n° 3 : iPhone 4S, iPhone 4, Google Nexus S, Samsung Galaxy S

 

 

 

II) Schéma de principe

 

DISTANCE

     ^

VITESSE >>>>>>>>

     ^                         |

ACCELERATION > P-DYNO > chaine complexe de calculs > P-MOTEUR-CORRIGEE

                                |

MASSE >>>>>>>>>>

 

L’accélération est à la base de tout ! Elle permet en effet de calculer aussi bien la vitesse par intégration et la distance par double intégration, que la puissance (au sens large) par calculs « horizontaux ». Bien sûr, l’accélération à utiliser pour tous ces calculs doit être doublement traitée pour prendre en compte le cabrage de la voiture à l’accélération ET pour filtrer correctement les énormes vibrations d’une voiture en pleine accélération ainsi que les effets oscillants des bosses et suspensions, sinon cette accélération ainsi que TOUTES les grandeurs calculées derrière sont faussées ! Mais soyez tranquille, c’est l’une des exclusivités de PerfectPower que de réaliser ce double traitement de l’accélération à la perfection !

 

En revanche, si l’accélération est à la base de tout, c’est la  VITESSE qui est la grandeur idéale de contrôle de la fiabilité de la mesure, tel que le montre le schéma : en effet, elle s’obtient par intégration de l’accélération, et ensuite, sa valeur « contrôle » à la fois la fiabilité de l’accélération puisqu’elle en découle par intégration, d’elle même bien sûr (et donc des mesures d’accélération vitesse-temps), de la distance (et donc des mesures d’accélération distance-temps) puisqu’elle la produit par intégration, et de la puissance (et donc des mesures de puissance) puisqu’elle la produit conjointement à l’accélération déjà « contrôlée » et à la masse de la voiture, et enfin, cerise sur le gâteau, elle est très facilement mesurable (bien plus que l’accélération et la distance), et donc vérifiable, par l’utilisateur !

 

Ainsi, la VITESSE mesurée par l’application est bien à la base de la FIABILITE de TOUTES les mesures (accélération et puissance), et c’est donc le meilleur indicateur que nous ayions pour quantifier la fiabilité de TOUTES les mesures !

 

Quant à la puissance moteur corrigée, elle découle de la puissance brute mesurée sur route (nommée ici P-DYNO), -puissance qui n’est pas exactement une puissance aux roues attention-, et il faut remonter à la puissance moteur par une chaine complexe de calculs que PerfectPower est la seule application à réaliser parfaitement. Reportez vous aux différentes rubriques du site et en particulier à la rubrique Articles techniques pour en savoir plus.

 

Ceci étant posé, j’appelerai par commodité dans la suite de cet article la vitesse mesurée par l’application V-MES et la puissance moteur corrigée P-MES, et je fais dès à présent remarquer qu’une puissance (au sens large) étant le produit d’une masse par une accélération par une vitesse comme le montre ce schéma, alors une erreur donnée sur la vitesse V-MES se répercute aussitôt au carré sur la puissance P-MES.

 

 

 

III) Détermination de la fiabilité d’une mesure de performances avec PerfectPower 

 

En conséquence du chapitre précédent, le meilleur moyen de vérifier la fiabilité d’une mesure de performances (accélérations, puissance) avec Perfectpower est de comparer la vitesse V-MES mesurée par l’application en fin de mesure, avec la vitesse V-REELLE de la voiture à ce moment là (facilement mesurable), pour déterminer la fiabilité de la mesure, et éventuellement la corriger…

 

De la même façon, et bien que ce soit évidemment le but de PerfectPower de déterminer la puissance P-REELLE de la voiture mesurée, la puissance P-MES calculée par PerfectPower constitue bien sûr un autre moyen de choix de vérifier la fiabilité d’une mesure de puissance avec PerfectPower, à condition bien sûr d’avoir une idée la plus juste possible de la puissance réelle de la voiture (donnée constructeur, passage au banc récent, etc...).

 

Toutefois, en plus de ces deux moyens, il faut également vérifier la forme correcte de la courbe d’accélération, ou des courbes de puissance moteur et couple moteur qui en découlent, pour effectuer un bilan vraiment complet de la fiabilité des mesures effectuées.

 

Sachez que c’est en me basant exactement sur cette méthode infaillible que j’ai créée la rubrique « Résolution des erreurs », qui met en pratique tout ce dont traite la présente rubrique afin de permettre à tout utilisateur rencontrant des problèmes de mesure de les résoudre : je ne peux que vous encourager à lire également cette rubrique, même si vous ne rencontrez aucun souci de mesure, car elle vous fera mieux comprendre les mécanismes et subtilités du fonctionnement de PerfectPower, et elle vous conduira très rapidement à la maitrise de l’application, qui fera de vous un véritable expert en mesure de performances...

 

Ceci étant posé, je dois préciser que l’étude des V-MES et P-MES doit se faire aussi bien sur leur précision que sur leur régularité, ces deux aspects étant fondamentaux et indissociables en Physique : en effet, un système de mesure peut être très précis intrinsèquement, mais être aussi très sensible à certains facteurs extérieurs comme la gravité ou les vibrations, ce qui conduira inévitablement à une certaine perturbation et à une certaine disparité des mesures, et à l’obligation de les corriger voire de les moyenner pour avoir des résultats vraiment fiables, alors même que la précision intrinsèque de mesure du système en question peut être exceptionnelle ! Je n’ai pas choisi cet exemple au hasard, puisqu’il correspond parfaitement aux mesures de performances d’une voiture faites sur base des accéléromètres électro-mécaniques des smartphones modernes... Inversement, un système de mesure peut ne pas avoir une précision intrinsèque de mesure très élevée, mais être peu sensible aux facteurs extérieurs : dans ce cas, les mesures ne seront pas forcément très précises, mais seront très régulières. Quel est le mieux ? Etre à la fois très précis et le moins sensible possible aux facteurs extérieurs bien sûr, mais nous ne vivons pas dans un monde parfait et de tels systèmes n’existent pas, même si certains s’en rapprochent, mais ceuc-ci coûtent autrement plus cher que votre smartphone, aussi merci de bien comprendre qu’un minimum de sérieux et de rigueur est indispensable pour tirer la quintessence de PerfectPower, mais je vous affirme que si vous possédez ce sérieux et cette rigueur, alors vous constaterez vous-même la fiabilité exceptionnelle de PerfectPower et absolument indédite en applications smartphone, puisqu’elle remplace des matériels optiques de mesure de performance coûtant 15000 euros et des bancs à rouleaux coûtant jusqu’à 100000 euros... Oui, vous lisez bien... 

 

 

 

A) Définitions préalables

 

Je définis ici les trois critères déterminant la fiabilité d’une mesure de performances (accélérations, puissance) avec PerfectPower, ainsi que la grandeur qui permet de les quantifier le mieux.

 

 

 

1) PRECISION (V-MES, P-MES)

 

Précision Prec = |Valeur mesurée  – Valeur réelle| / Valeur réelle * 100 (%)

  

2) REGULARITE (V-MES, P-MES)

 

Etendue Et = (Valeur maxi – Valeur mini) / Valeur moyenne * 100 (%) (sur une série de 4 mesures)

 

3) PROPRETE DE COURBES (Puissance / Régime, Couple / Régime)

 

Propreté = 0 si courbe propre, 1 si courbe légèrement sale, 2 si courbe sale

 

A noter que la propreté de courbes étant difficile à quantifier précisément (même si c’est faisable), je me suis contenté de lui définir littéralement trois niveaux de propreté : 0 pour une courbe propre, 1 pour une courbe légèrement sale, et 2 pour une courbe sale.

Une courbe propre est est une courbe qui présente une forme régulière et arrondie, elle ne doit présenter ni angulosités suspectes ni vagues de faible fréquence (1 à 2 Hz).

A noter qu’une courbe « sale » peut présenter deux types de vagues : des vagues de faible fréquence (1 à 2 Hz) comme dit, dues aux effets oscillants des bosses et des suspensions, et des vagues de « haute » fréquence (plus de 7 Hz) dues aux vibrations de la voiture (moteur) : cependant, ce deuxième type de vibrations est intégralement filtré à PerfectPower, grâce à une mise au point se comptant en dizaines d’heures et effectuée en bonne partie sur une Clio 2.0 16V de circuit.

 

 

 

Pour déterminer le niveau de précision de mesure, de régularité de mesure, et de propreté de courbes dont est capable PerfectPower bien paramétré et bien utilisé, il suffit de passer en revue tous les paramètres constituant la fiabilité d’une mesure de performances au smartphone et définis au premier chapitre, et de leur attribuer leur niveau de précision, de régularité, et de propreté de courbes avec PerfectPower ! 

 

De plus, je vais attribuer un niveau d’affectation maximal de la précision, de la régularité, et de la propreté de courbes pour tous ces paramètres, lorsqu’ils sont défaillants: 0 signifie que le critère de fiabilité (précision, régularité, propreté de courbes) n’est pas affecté par la défaillance du paramètre, 1 qu’il est (ou peut être) faiblement affecté, et 2 qu’il est (ou peut être) fortement affecté. Cela vous permettra de savoir ce qui est vraiment important dans la fiabilité d’une mesure de performances au smartphone. A noter que pour le critère « Précision », je lui adjoins un signe qui révèle le sens dans lequel elle est affectée : + signifie valeur optimiste, - signifie valeur pessimiste, et si aucun signe, la valeur peut être affectée dans les deux sens. 

 

Dans le cadre de cette étude présente, étant donné que c’est l’accélération qui est mesurée en base dans PerfectPower, les chiffres de précision et de régularité s’appliquent donc à cette accélération, MAIS ils sont exactement identiques pour la V-MES, et repercutés au carré pour la P-MES, comme expliqué dans le chapitre II « Schéma de principe » au dessus. Ceci permettra d’établir précisément à la fin de cette étude la précision et la régularité théoriques de PerfectPower utilisé à la perfection.

 

Remarque 1 : En réalité, la précision définie s’appelle « précision relative », car il existe deux types de précision (absolue et relative), mais celle-ci est de très loin la plus significative, car comme son nom l’indique, elle relativise l’erreur commise en fonction de la valeur réelle. Elle s’exprime bien sûr avec un pourcentage.

 

Remarque 2 : De la même façon, l’étendue définie s’appelle « étendue relative », et c’est également de très loin l’étendue la plus significative pour les mêmes raisons. Elle s’exprime bien sûr également avec un pourcentage. Au début, j’utilisais l’écart moyen plutôt que l’étendue pour quantifier la régularité de mesure, mais j’ai fini par découvrir que l’étendue était plus adaptée pour des mesures de performances à PerfectPower, c’est pourquoi je l’utilise maintenant exclusivement.

 

Remarque 3 : Il est bien sûr nécessaire de définir un certain nombre de mesures pour quantifier de façon fiable la régularité de mesures. Par expérience, j’ai constaté que 4 est un excellent compromis : en faire plus n'apporte quasiment aucune précision ni information supplémentaire (et ça coute beaucoup plus d’essence par contre...), mais en faire moins enlève clairement de la précision et peut dans certains cas faire passer à côté d’une éventuelle anomalie (défaut de fixation du smartphone par exemple). 4 est donc le meilleur compromis. 

 

Remarque 4 : Pour les paramètres spécifiques aux mesures de puissance, les chiffres de précision et de régularité s’appliquent bien sûr directement à la puissance P-MES. 

 

Remarque 5 : Il est nécessaire de définir préalablement à cette étude quatre règles statistiques, dont trois empiriques (c’est à dire basées sur l’expérience) :

 

 

 

Règle n° 1 (théorique) : Faire la moyenne d’une série de valeurs mesurées permet d’obtenir la valeur la plus proche possible de la valeur réelle, puisque cette opération annule –ou limite fortement- les effets des fluctuations autour d’une valeur centrale, supposée égale à la valeur réelle (elles ne le sont vraiment que si la précision, l’étalonnage, et dans certains cas le paramétrage de l’appareil de mesure sont irréprochables). C’est incontestablement l’outil statistique le plus important.

 

 

 

Règle n° 2 (empirique) : Pour une série de n mesures, on vérifie généralement que la précision de la valeur moyenne est à peu près égale au quotient de la précision intrinsèque d’une mesure par ce nombre n de mesures :

 

Précision (valeur moyenne) = Précision de mesure / n

 

Cette règle se comprend plutôt bien, et l’on comprend en particulier que multiplier le nombre de mesures améliore la précision dans des proportions comparables, le but du jeu étant de trouver le juste milieu entre une précision la plus satisfaisante possible et un nombre de mesures pas trop important. Par exemple, personne n’aurait envie de mesurer 50 fois sa voiture pour pouvoir déterminer ses performances de façon satisfaisante... Et je vous rassure immédiatement : avec PerfectPower, et comme je le démontre dans cette rubrique, une seule mesure est suffisante pour avoir des résultats parfaitement fiables (à 1% en accélération et 2% en puissance moteur !), cette seule mesure devant toutefois être précédée de quatre mesures d’étalonnage dans le mode non corrigé pour le calcul du pitch. Mais dans le mode corrigé, chaque mesure possède directement ce niveau de précision foudroyant... et même un niveau encore meilleur, nombre d’éventuelles erreurs de mesure (fixation défaillante, mauvaise route de mesure, pitch incorrect) étant corrigées !

 

 

 

Règle n° 3 (empirique) : Dans une série de mesures, on vérifie généralement que l’étendue est à peu près égale au double de la précision intrinsèque d’une mesure :

 

Etendue = 2 * Précision de mesure

 

Cette règle se comprend parfaitement bien : puisque la précision de mesure indique quel degré d’erreur on commet en plus ou en moins par rapport à la valeur réelle, alors il est évident que les valeurs mesurées vont fluctuer entre la valeur centrale moins la précision de mesure et la valeur centrale plus la précision de mesure (valeur centrale supposée égale à la valeur réelle pour rappel), et ainsi l’étendue de mesure vaut bien deux fois la précision de mesure ! C’est d’ailleurs pourquoi l’étendue de mesure constatée dans la pratique donne une bonne indication de la précision de mesure elle-même, à condition toutefois –et c’est très important !- que comme dit auparavant, la précision, l’étalonnage, et dans certains cas le paramétrage de l’appareil de mesure soient irréprochables !

 

 

 

Règle n° 4 (empirique) : Dans une mesure donnée, les erreurs commises, loin de s’additionner, se compensent en réalité plus ou moins ! Par exemple, une erreur va faire dériver le résultat à la hausse, tandis qu’une autre va au contraire le faire dériver à la baisse, et ainsi de suite… Ce phénomène courant en Physique vient donc souvent à notre secours, ce qui fait qu’au final, les résultats ont généralement une marge d’erreur égale à la plus grande des marges d’erreur dues aux différents facteurs, et non à leur somme…

 

Cette règle est absolument capitale ! En particulier, elle explique comment dans certains cas, certains appareils de mesure pas très précis et/ou mal utilisés parviennent à donner de bons résultats, la chance ayant fait que les erreurs commises se soient particulièrement bien combinées entre elles pour donner au final des mesures plutôt justes ! Ceci étant bien sûr vrai pour ce qui nous intéresse ici, à savoir les applications smartphone de mesure de performances automobile. C’est pourquoi, lorsque l’on veut être certain de la fiabilité d’une application smartphone de performances automobile, il ne faut jamais se contenter de l’utiliser sur une seule voiture, mais il faut multiplier les expériences sur de nombreuses voitures (des types les plus divers, en particulier avec les trois types de transmission : traction, propulsion, quatre roues motrices), et comparer ces résultats avec ceux d’outils de mesure dont la fiabilité est officiellement prouvée, fiabilité ne prenant pas en compte que le matériel, mais aussi celui qui le manipule (qualité de l’étalonnage, du paramétrage, du protocole de mesure, et des conditions de mesure). Je tiens là encore à vous rassurer : c’est exactement dans cette optique de volonté de prouver la fiabilité exceptionnelle de PerfectPower que je multiplie avec plaisir les tests de nombreuses voitures, tests parfaitement concluants, que vous pouvez d’ailleurs retrouver en rubrique Fiabilité de PerfectPower – Pratique.

 

 

 

B) Fiabilité d’une mesure de performances avec PerfectPower

 

 

 

1) FIABILITE LOGICIELLE (application)

 

Nous nous intéressons ici à la fiabilité du programme crée dans PerfectPower, celui-ci étant évidemment le premier élément de la « chaine de fiabilité » de PerfectPower, mais aussi le plus important...

 

 

 

1) Bonne programmation : Calculs justes et non décalés, excellente méthode, corrections judicieuses, excellente calibration générale et spécifique, etc…

2) Traitement du signal irréprochable (filtrages judicieux des grandeurs mesurées) (exclusivité PerfectPower)

3) Prise en compte et traitement irréprochable du pitch (exclusivité PerfectPower)

4) Prise en compte et traitement irréprochable de toutes les données minimales indispensables au calcul de la puissance moteur avec une excellente justesse (exclusivité PerfectPower)

5) Calcul irréprochable des différentes pertes pour remonter à la puissance moteur avec une excellente justesse (exclusivité PerfectPower)

6) Absence de bugs

 

Soyez assurés que j’ai pris le plus grand soin à développer PerfectPower, comme vous pouvez le vérifier en parcourant l’intégralité de ce site, et que chacun de ces paramètres est parfaitement réalisé. Sachez également que tout au long de son développement et de sa maintenance, PerfectPower a été testé régulièrement sous tous ses angles, par des tests unitaires et d’intégration, aussi bien à la maison que sur route, et pour une durée totale se comptant en centaines d’heures à l’instant présent. Ainsi, le niveau de précision, de régularité, et de propreté de courbes du logiciel est exceptionnel et et on peut attribuer à ces trois critères les valeurs optimales. 

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 2

Propreté : 2

 

 

 

2) FIABILITE MATERIELLE (centrale inertielle)

 

Nous nous intéressons ici à la fiabilité de la centrale inertielle 6 axes des iPhone 4 et 4S, et en fait uniquement à la fiabilité de l’accéléromètre 3 axes qui constitue la partie « linéaire » de la centrale inertielle 6 axes. En effet, l’accéléromètre est l’instrument de base utilisé par PerfectPower pour mesurer les performances des voitures. Le gyroscope 3 axes –qui constitue la partie « angulaire » de la centrale inertielle 6 axes-, s’il a une importance capitale dans le contrôle des mesures (en particulier le contrôle de stabilité du téléphone) et leur correction si le mode corrigé est activé, n’agit qu’en complément et non en base. ET il n’est en aucun cas indispensable, pour preuve PerfectPower a été conçu pour pouvoir fonctionner sur les téléphones n’en disposant pas (comme l’iPhone 3GS), et les résultats restent particulièrement fiables, à la condition expresse d’être extrêmement rigoureux sur le protocole de mesure. Encore une fois on a rien sans rien...

 

 

 

1) Précision accéléromètres (iPhone 4 & 4S)

 

La précision des accéléromètres de l’iPhone 4 et de l’iPhone 4S est proprement époustouflante : 0,001 m/s², ce qui constitue un record en smartphone... L’accélération est ainsi mesurée à +- 0,0005 m/s² ! On peut facilement calculer la précision de mesure d’une accélération de 1 G (= 9,80665 m/s²) par la formule : Précision = (0,0005 / G) * 100 = 0,005% ~0% !

L’étendue vaut le double de la précision, soit 2 * 0,005% = 0,01% ~0%

La propreté de courbes quant à elle n’est évidemment pas dépendante de la précision des accéléromètres.

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 2

Propreté : 0

 

 

 

2) Fréquence accéléromètres (iPhone 4 & 4S)

 

La fréquence des accéléromètres de l’iPhone 4 et de l’iPhone 4S est de 95 Hz effectifs, soit là encore un niveau exceptionnel qui lui garantit une précision et une étendue de mesure proches de 0%...

La propreté de courbes n’est quant à elle évidemment pas dépendante non plus de la fréquence des accéléromètres.

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 1

Régularité : 1

Propreté : 0

 

Remarque 1 : En réalité, la précision et la fréquence des accéléromètres agissent conjointement dans la précision et la régularité des mesures, et non séparément comme dans la présentation qui en est faite ici, dont le but était de vous présenter l’influence séparée de CHAQUE paramètre. Vous devinez bien que des accéléromètres ultra précis ne pourront rien donner sans une fréquence minimale de fonctionnement, et inversement. Néanmoins, les bons niveaux de précision et de fréquence atteints par les accéléromètres des smartphones modernes permettent sans souci cette description et cette notation séparées !

 

Remarque 2 : C’est surtout si la voiture présente de fortes variations d’accélération dans les mesures qu’une faible fréquence pénalisera vraiment la précision des mesures.

 

 

 

3) Tenue vibratoire accéléromètres (iPhone 4 & 4S)

 

La tenue vibratoires des accéléromètres de l’iPhone 4 et de l’iPhone 4S est très bonne, sans toutefois pouvoir être qualifiée d’exceptionnelle. Toutefois, et sans rentrer dans le détail des tests réalisés, on peut considérer que dans la majorité des cas de figure, la précision et l’étendue de mesure seront suffisamment proches de 0% pour être notées à ce niveau. ET lorsque ce n’est pas le cas (supports pare-brise avec certaines voitures très vibrantes), il suffit d’activer le mode corrigé dans PerfectPower pour compenser intégralement la légère dégradation de précision et de régularité de mesure...

La propreté de courbes est par contre directement affectée par définition même par la tenue vibratoire des accéléromètres, MAIS la bonne nouvelle est que PerfectPower a bénéficié d’une énorme mise au point (se comptant en dizaines d’heures) pour filtrer intégralement toutes les vibrations de la voiture, qui ne peuvent pas dégrader la qualité de courbes, et ce même dans les pires cas de figure (voitures de circuit)...

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2+

Régularité : 1

Propreté : 2 (0 à PerfectPower)

 

Remarque 1 : J’insiste sur l’importance CAPITALE de cet aspect vibratoire bien trop souvent négligé ou sous-estimé, et j’affirme que les meilleurs accéléromètres en terme de précision et de fréquence ne valent pas grand chose si leur tenue vibratoire est catastrophique, sans compter qu’ils obligent le concepteur de l’application derrière à effectuer un gros traitement du signal pour en éliminer ou limiter le bruitage. ET j’ai pu vérifier au cours de mes tests sur iPhone 3GS (à la tenue vibratoire catastrophique) que dans certains cas de figure, l’extrême sensibilité aux vibrations peut provoquer un optimisme des mesures allant jusqu’à 7 ou 8%, ce qui est tout bonnement catastrophique et IMPOSE l’utilisation du mode corrigé pour corriger les mesures...

 

Remarque 2 : Il peut être étonnant de constater que des vibrations excessives pénalisent surtout la précision des mesures et relativement peu leur régularité, mais c’est parce que les vibrations (même énormes) produites par la voiture en phase d’accélération sont relativement régulières pour une situation donnée (exemple : pleine charge à 3000 tr/mn), et que le « schéma » vibratoire de l’ensemble de la mesure lors de mesures successives est ainsi assez reproductible. Il existe bien sûr des raisons physiques à cela, tenant en particulier à la nature et la fréquence relativement élevée de ces vibrations, mais ce n’est pas l’objet ici. J’en ferai en revanche un article prochainement, qui sera mis comme tous les articles techniques dans la rubrique dédiée du site.

 

 

 

3) FIABILITE DE MESURE (facteurs extérieurs)

 

Nous nous intéressons enfin ici à la fiabilité des mesures en elle-même, dépendant directement de la qualité du protocole de mesure, et donc... du SERIEUX de l’utilisateur ! Hélas, cette partie est absolument fondamentale... J’aurais préféré qu’elle ne le soit pas pour que tous ceux qui mesurent n’importe comment et/ou sans avoir lu le guide auparavant ne risquent pas en cas d’erreurs de mesure d’incriminer l’application alors que c’est EUX qu’ils doivent incriminer, mais les lois de la Physique sont ce qu’elles sont, et c’est bien mieux ainsi : on ne peut pas s’attendre avec un smartphone de quelques centaines d’euros à égaler les résultats de matériels coutant des milliers d’euros ou des dizaines de milliers d’euros sans adopter un protocole de mesure irréprochable, et tant pis pour ceux qui ne le comprennent pas : PerfectPower n’est pas fait pour eux, c’est un outil sérieux pour amateurs avertis ou professionnels !

 

Ceci étant dit, revenons à la qualité du protocole de mesures, avec cette information : bien que PerfectPower dispose d’un mode de correction des mesures d’accélérations et de puissance (activable dans le menu Setup) basé sur le gyroscope qui améliore encore la précision de mesures, et qui surtout réduit énormément l’influence de mesures mal faites (mauvaise fixation, mauvaise route de mesure, mauvais paramétrage du pitch), l’étude présente s’intéresse uniquement aux mesures faites avec cette correction désactivée, soit le mode standard de fonctionnement de PerfectPower, ce qui permet de quantifier la précision, la régularité, et la propreté de courbes de PerfectPower dans le cadre d’une utilisation standard. Ce qui ATTENTION n’exclue pas des mesures d’une qualité irréprochable, comme expliqué juste avant...

 

 

 

Setup (paramétrage de l’application)

 

1) Calibration générale correcte (faite correctement, régulièrement –1 fois/ 6 mois-, et par 20° C)

 

Bien que j’aie fixé dans PerfectPower le seuil de validation de la calibration à +- 1,0% de précision, les tests maisons menés avec un iPhone 4S m’ont montré qu’il est facile d’atteindre +- 0,1% à la régulière pour n’importe quelle calibration effectuée rigoureusement. N’hésitez pas à voir la vidéo de démonstration dans la rubrique Vidéos.

 

PerfectPower :

Precision : 0,1%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 0

Propreté : 0

 

 

 

2) Norme de correction et conditions météo correctes

 

Précision extrême –assimilable à 0,0% sur la P-MES- à PerfectPower avec la récupération automatique des données météo, puisqu’elle récupère pour vous pression standardisée (au niveau de la mer), température, et humidité de l’air auprès de la station météo la plus proche fournissant ces données avec une très grande précision (souvent au dixième de hPa et dixième de degré près !), et qu’elle corrige la pression pour la ramener à celle régnant réellement à l’endroit où vous êtes en tenant compte de votre altitude mesurée également très précisément par GPS.

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 1 (enfin 2 si on met vraiment n’importe quoi...)

Régularité : 0

Propreté : 0

 

 

 

Paramétrage de la fiche Voiture

 

3) Pitch correct

 

Le pitch (angle de cabrage de la voiture à l’accélération en degrés par G d’accélération) étant un paramètre important et n’étant malheureusement jamais mesuré par les revues automobiles ni fourni par les constructeurs, il est nécessaire de le mesurer expérimentalement, ce que j’ai fait pour un certain nombre de voitures -grâce justement au mode corrigé de PerfectPower-, et j’ai ensuite mis ces pitchs dans la Base de données Voitures du site.

 

Toutefois, il est important de savoir que quelque soit le procédé de mesure d’un pitch avec une application smartphone basée sur des accéléromètres électro-mécaniques, ce n’est JAMAIS le pitch réel de la voiture qui est mesuré, mais un pitch expérimental, fortement dépendant des conditions de mesure... Il dépend en effet de la qualité de la calibration, de la fixation du téléphone, et de la route de mesure, soit trois paramètres qui n’ont évidemment rien à voir avec le phénomène de cabrage de la voiture à l’accélération ! Si ces trois paramètres sont tous parfaits (ce qui est quasi impossible en pratique), alors le pitch expérimental sera bien égal au pitch réel, mais s’ils ne le sont pas, le pitch expérimental sera différent du pitch réel, l’écart entre les deux correspondant au degré d’imperfection de ces trois paramètres. C’est pourquoi il est nécessaire de définir les conditions dans lesquelles un pitch est déterminé, et tous les concepteurs d’applications smartphone de performances automobile fournissant des pitchs dans leurs bases de données devraient faire de même.

 

Pour la part de PerfectPower :

- Calibration réalisée à la perfection en 9 étapes, délivrant une précision de mesure bien inférieure à 0,1%.

- Fixation utilisée : Support pare-brise « Ultimate mobile » d’excellente qualité (références dans le Chapitre III du guide) : quasi aucun jeu de téléphone, niveau de vibrations assez élevé (inévitable de par le principe même d’un support pare-brise ultra rigide), positionnement à 80° par rapport à l’horizontale, non incliné latéralement, et bien aligné avec le sens du déplacement. La quasi absence de jeu étant de loin le point le plus important.

- Route de mesure : Quasi plate et quasi lisse, avec toutefois un faux plat montant mesuré à Google Earth de 3m de dénivellé sur 300m de route, mais cette minime pente est constante. De plus, mesures toujours au même endroit, c’est à dire dans le même sens, et en partant toujours du même point de départ.

 

Ces conditions de mesure permettent d’obtenir un pitch expérimental relativement régulier, que je moyenne ensuite sur 4 mesures successives pour avoir la valeur la plus juste possible. Il peut néanmoins être légèrement plus élevé que le pitch réel, du fait principalement de la fixation utilisée plutôt « passante » aux vibrations (j’ai facilement vérifié des pitchs plus faibles en utilisant des fixations nettement moins vibrantes, surtout avec l’iPhone 3GS...), mais ceci n’a aucune importance à partir du moment où toutes les mesures ultérieures sont faites exactement dans les mêmes conditions, et c’est JUSTEMENT l’intérêt d’un pitch expérimental, qui donnera toujours les BONS résultats qu’il soit réel ou pas, du moment que l’on égalise bien les conditions de mesure...

 

Et bien en procédant ainsi avec ma voiture de test n° 2, une Citroën Xsara 2.0 HDI 110 (particulièrement vibrante), dans les conditions décrites ci-dessus, et en mesurant avec PerfectPower 2.2, un iPhone 4S, et sur le 2ème rapport de boite, j’ai relevé sur une séance de 4 mesures une étendue des pitchs mesurés de 0,65 °/G (de 3,43 °/G à 4,08 °/G), ce qui correspond à une précision sur une mesure de +- 0,325 °/G, et une précision sur une moyenne de 4 mesures de +- 0,081 °/G, tout ceci selon les règles statistiques empiriques définies plus tôt dans l’étude. Traduite en % de précision sur l’accélération mesurée, cette valeur correspond à une précision arrondie de +- 0,1%. Cette valeur de 0,1% est donc celle retenue dans cette étude pour caractériser la précision de PerfectPower concernant la mesure du pitch, et donc son paramétrage.

 

PerfectPower :

Precision : 0,1%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 0

Propreté : 0

 

 

 

4) Rapports de boite & pont et dimension des pneus corrects

 

Nous nous plaçons bien sûr dans le cadre d’une connaissance parfaitement précise de ces trois paramètres (rapports de boite et de pont précis au millième, dimension des pneus constructeur) permettant d’assimiler la précision de PerfectPower sur la P-MES à 0,0% concernant ces trois paramètres. A noter qu’en plus, une légère erreur sur ces paramètres ne provoque qu’une minime erreur sur la puissance, ce sont surtout les couples et les régimes qui sont faussés.

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 1 (ce sont les couples et les régimes qui sont surtout affectés)

Régularité : 0

Propreté : 0

 

 

 

5) Paramètres autres que pitch, rapports de boite & pont et dimension des pneus corrects

 

De la même façon, nous nous plaçons également dans le cadre d’une connaissance parfaitement précise de ces paramètres, avec le niveau de précision important programmé dans PerfectPower pour le paramétrage de la fiche Voiture, et repris pour constituer la base de données Voitures.

Les paramètres concernés ici sont au nombre de cinq : la masse voiture, la masse additionnelle (pilote + éventuels passagers + éventuels outils / bagages + éventuel ajout ou retrait d’essence par rapport à la quantité d’essence présente dans le réservoir pour la masse voiture), la cylindrée moteur, le S.Cx, et le type de transmission.

Le plus difficile à trouver précisément est la masse voiture : nous nous plaçons ici dans le cadre de pesées sur une balance électronique précise au kg près, ce qui pour une voiture d’une tonne correspond à une précision de 0,1%.

Toutefois, nous devons aussi prendre en compte la précision de TOUS ces autres paramètres, et surtout en fait celle du calcul correctif des pertes pour remonter à la puissance moteur qui, s’il est exceptionnellement fiable dans PerfectPower, ne peut pas non plus être d’une précision totale en raison de la nature de certaines pertes immesurables directement et obligeant donc à une judicieuse modélisation pour les calculer, et du nombre « limité » de paramètres dans PerfectPower. Alors il est possible que beaucoup d’utilisateurs pensent au contraire qu’il y a beaucoup de paramètres dans PerfectPower, aussi je vous dois une explication : oui, dans l’absolu, il y a bien un nombre assez élevé de paramètres à saisir dans PerfectPower, et pourtant ce nombre a été réduit au strict minimum permettant le meilleur rapport fiabilité de résultats / facilité d’utilisation, rapport donnant une précision que j’ai établie à +- 1% en puissance moteur, ce qui constitue déjà un niveau exceptionnel pour une application grand public... On pourrait encore améliorer cette précision, en demandant par exemple à l’utilisateur de renseigner le moment d’inertie équivalent total du moteur, mais combien pourraient le renseigner ? Et tout cela pour récupérer seulement quelques dixièmes de % de précision, franchement, quel intérêt ? Bref, vous le voyez, en tant que concepteur, je me dois de chercher le meilleur rapport fiabilité de résultats / facilité d’utilisation comme expliqué, et pour cela je devais réduire au strict minimum le nombre de paramètres à saisir dans la fiche Voiture, en ne demandant que des paramètres suffisamment accessibles, tout en conservant impérativement un niveau de précision exceptionnel, puisque c’est l’objectif et la marque de fabrique de PerfectPower que de réaliser des mesures d’une précision exceptionnelle, comparable à celle de matériels professionnels bien plus chers...

 

PerfectPower :

Precision : 1%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 0

Propreté : 0

 

 

 

Fixation du téléphone

 

6) Jeu nul

 

L’absence de jeu du téléphone pendant les mesures est de très loin le point le plus important à PerfectPower, et sachez que plus de 90% des problèmes de mesure rencontrés par les utilisateurs viennent de là... Pourtant, il n’est pas si dur d’adopter une bonne fixation: je vous invite à consulter le Chapitre III du guide pour tout savoir concernant la fixation de votre téléphone.

 

Alors nous nous plaçons dans le cadre des mesures évoquées pour le paramètre n° 3 (pitch correct), soit avec un excellent support pare-brise, un Ultimate mobile ne dispensant pratiquement aucun jeu du téléphone, et sur une route de mesure quasi plate et quasi lisse. Les résultats sur mes différentes voitures de test (cinq à ce jour) ont donné une étendue de mesure allant de 1,0% (Xsara 2.0 HDI 110) à 2,0% (106 1.1i XN), et donc une précision de mesure allant de +- 0,5%à+- 1,0%. Je retiens en toute logique les moins bons résultats afin d’avoir une base valable pour le maximum de voitures, à savoir 1,0% en précision de mesure et 2,0% en étendue de mesure. La propreté de courbes est quant à elle parfaite avec cette bonne fixation.

 

A noter que ce bilan de test va être régulièrement réutilisé pour la suite de l’étude, puisqu’il pose là les normes d’une utilisation irréprochable de PerfectPower en terme de précision et de régularité de mesure, concernant la qualité de la fixation et de la route de mesure. Pour information, j’ai vérifié avec une fixation idéale (téléphone calé dans sa boite d’origine, elle-même posée sur le siège passager et calée contre le dossier, et bien alignée avec le sens du déplacement) une régularité de mesure (et donc une précision de mesure) deux fois meilleure en moyenne, l’étendue des V-MES s’établissant par exemple à 0,5% avec la Xsara.

 

PerfectPower :

Precision : 1,0%

Etendue : 2,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 2

Propreté : 2

 

 

 

7) Minimum de vibrations

 

En se plaçant toujours dans le cadre des mesures évoquées pour le paramètre n° 3 (pitch correct), on relève les trois résultats suivants :

- La précision de mesure est comptée à 0,0%, pour la simple raison que les effets « optimisants » nuisibles des vibrations ont déjà été pris en compte dans le calcul du pitch expérimental : celui-ci est un peu plus élevé que le pitch réel car il englobe (entre autres) ces effets « optimisants » des vibrations !

- L’étendue de mesure est également comptée à 0,0%, puisque les effets variateurs (limités en fait) des vibrations ont eux été pris en compte dans le calcul de l’étendue pour le paramètre n° 6 (jeu nul).

- La propreté de courbes, et c’est une particularité déjà évoquée de PerfectPower, est absolument parfaite même en présence des pires vibrations, grâce au filtrage intégral des vibrations de la voiture...

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2+

Régularité : 1

Propreté : 2 (0 à PerfectPower)

 

 

 

8) Positionnement correct (angle de 5° à 85° par rapport à l’horizontale, bien aligné avec la route, et non incliné latéralement)

 

En se plaçant toujours dans le cadre des mesures évoquées pour le paramètre n° 3 (pitch correct), on relève les trois résultats suivants, en sachant que le téléphone est censé être bien positionné :

- La précision de mesure est comptée à 0,0%, pour la simple raison que les effets « pessimisants » nuisibles d’un éventuel positionnement incorrect ont déjà été pris en compte dans le calcul du pitch expérimental.

- L’étendue de mesure est également comptée à 0,0%, puisqu’un mauvais positionnement du téléphone ne provoque aucune irrégularité de mesure.

- La propreté de courbes est également parfaite, puisqu’un mauvais positionnement du téléphone ne provoque aucune dégradation de la propreté des courbes.

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2-

Régularité : 0

Propreté : 0

 

 

 

Route de mesure


9) Route plate

 

En se plaçant toujours dans le cadre des mesures évoquées pour le paramètre n° 3 (pitch correct), on relève les trois résultats suivants, en sachant que la route de mesure est supposée plate :

- La précision de mesure est comptée à 0,0%, la route étant supposée plate. Mais même si elle ne l’était pas, les éventuels effets perturbants sur l’accélération mesurée auraient déjà été pris en compte dans le calcul du pitch expérimental, et les éventuels effets perturbants sur la puissance mesurée (sous-estimée si côte, ou sur-estimés si descente) sont annulables en faisant des mesures dans l’autre sens et en faisant la moyenne des deux sens.

- L’étendue de mesure est également comptée à 0,0%, puisque les mesures sont faites exactement au même endroit (même sens, même point de départ) ! Il ne peut donc y avoir aucune variation de mesure due à ce facteur, et j’insiste sur l’importance de mesurer toujours au même endroit...

- La propreté de courbes est parfaite, la route étant supposée plate, et de toutes façons, une route non parfaitement plate ne provoque aucune dégradation de la propreté des courbes, même si cela fausse bien sûr la mesure.

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 1

Régularité : 0

Propreté : 0

 

 

 

10) Route lisse

 

En se plaçant toujours dans le cadre des mesures évoquées pour le paramètre n° 3 (pitch correct), on relève les trois résultats suivants, en sachant que la route de mesure est supposée lisse :

- La précision de mesure est comptée à 0,0%, la route étant supposée lisse. Mais même si elle ne l’était pas, les éventuels effets perturbants sur l’accélération mesurée auraient déjà été pris en compte dans le calcul du pitch expérimental.

- L’étendue de mesure est également comptée à 0,0%, la route étant supposée lisse. Mais même si elle ne l’était pas, les éventuels effets variateurs auraient déjà été pris en compte dans le calcul de l’étendue pour le paramètre n° 6 (jeu nul).

- La propreté de courbes est parfaite, la route étant supposée lisse, et de toutes façons, PerfectPower filtre intégralement les irrégularités de la route, dans une certaine limite quand même, mais personne ne peut avoir l’idée de mesurer sa voiture sur des routes défoncées, n’est ce pas...

 

Remarque : Les effets oscillants des bosses de la route sont fortement aggravés par la vitesse : c’est l’une des raisons (mais ce n’est pas la seule) pour laquelle il est recommandé de ne faire ses mesures de puissance que sur le 2ème ou le 3ème rapport de boite, les effets oscillants des bosses aux vitesses atteintes sur les rapports supérieurs (4ème et plus) devenant vraiment préjudiciables à la précision des mesures.

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 1

Régularité : 1

Propreté : 2 (1 à PerfectPower)

 

 

 

Protocole de mesure

 

11) Calibration spécifique correcte (faite bien à l’arrêt, sans démarrer avant la fin)

12) Bonne voiture sélectionnée en écran Test

13) Mesure de puissance faite EXACTEMENT comme expliqué dans le guide (pas d’erreur possible pour l’accélération :il suffit de mettre pied dedans sans réflechir, tout le monde en est capable...)

14) Rapport de boite utilisé pour la mesure de puissance égal au rapport de boite renseigné dans la fiche Voiture

15) Régime de fin de mesure atteint dans la mesure de puissance égal au régime de fin de mesure renseigné dans la fiche Voiture

 

Nous nous plaçons évidemment dans le cadre de mesures faites correctement, ce qui je tiens vraiment à le dire n’est pas difficile à partir du moment où l’utilisateur est SERIEUX, et a LU le guide avant de faire ses mesures...

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 2

Propreté : 2

 

 

 

Conditions de mesure

 

16) Route plate et lisse

17) Mesures en ligne droite

18) Absence de vent

19) Pneus chauds et bien gonflés

20) Voiture fonctionnant correctement

 

Mêmes remarques que pour le protocole de mesure...

 

PerfectPower :

Precision : 0,0%

Etendue : 0,0%

Propreté : 0

 

Niveau d’affectation maximal en cas de défaillance (0 = nul, 1 = faible, 2 = fort)

Précision : 2

Régularité : 2

Propreté : 2

 

 

 

IV) Bilan de la fiabilité des mesures de performances avec PerfectPower

 

 

 

Le calcul est très simple : il suffit d’additionner les résultats obtenus en précision, en étendue, et en propreté de courbes pour chacun des 20 paramètres passés en revue, afin d’obtenir le niveau de précision, de régularité, et de propreté de courbes de PerfectPower ! Toutefois, nous appliquerons ici la règle statistique n° 4 définie précédemment, qui énonce que la précision de mesure en pratique est plutôt égale à la plus mauvaise des précisions (la plus élevée en valeur donc) dues aux différents paramètres qu’à leur somme puisque les erreurs tendent souvent à se compenser, tout en constatant que cela ne change pas grand chose au résultat final !

 

De plus, et comme je l’ai déjà signalé, bien que PerfectPower dispose d’un mode de correction des mesures basé sur le gyroscope qui améliore encore la précision de mesures, et qui surtout réduit énormément l’influence de mesures mal faites (mauvaise fixation, mauvaise route de mesure, mauvais paramétrage du pitch), l’étude présente s’intéresse uniquement aux mesures faites avec cette correction désactivée, soit le mode standard de fonctionnement de PerfectPower, ce qui permet de quantifier la précision, la régularité, et la propreté de courbes de PerfectPower dans le cadre d’une utilisation standard. Attention toutefois à la signification du terme standard, à ne confondre en aucun cas avec anodin : en effet, ce que j’appelle une utilisation standard de PerfectPower correspond à une utilisation IRREPROCHABLE ! De plus, je dois préciser que dans ce mode standard (non corrigé) de fonctionnement de PerfectPower, il est nécessaire d’effectuer quatre mesures préalables d’étalonnage du pitch (en utilisant justement le mode corrigé pour cela) pour valider les résultats définitifs de cette étude dévoilés plus bas, sinon la précision des résultats peut être affectée de quelques dixièmes de % en plus ou en moins selon la fiabilité du pitch renseigné par l’utilisateur.

 

Ceci étant dit, voici donc les résultats obtenus lors de séances de mesure de performances avec PerfectPower, en distinguant les mesures d’accélérations et de puissance, et en tenant compte du fait qu’une erreur commise sur l’accélération mesurée se répercute à l’identique sur les vitesses et distances mesurées et au carré sur la puissance mesurée. Je ne donne pas le détail du calcul qui est extrêmement simple (ce n’est même pas un calcul d’ailleurs à proprement parler !), vous pouvez d’ailleurs le faire vous-même sans soucis à titre de curiosité.

 

 

 

1) Accélérations (inclue accélérations, vitesse, distance)

 

Précision = 1,0%

Etendue = 2,0%

Propreté (courbes d’accélération et de vitesse) = 0 (courbes parfaites)

 

 

 

2) Puissance moteur

 

Précision = 2,0%

Etendue = 4,0%

Propreté (courbes de puissance et de couple) = 0 (courbes parfaites)

 

 

 

Ainsi, on peut voir que PerfectPower est capable de mesurer les accélérations d’une voiture avec une précision de +- 1%, et la puissance moteur d’une voiture avec une précision de +- 2%. En faisant la moyenne sur 4 mesures successives, ces valeurs tombent à +- 0,25% pour les accélérations et à +- 0,5% pour la puissance moteur. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de s’étendre sur le niveau exceptionnel de ces valeurs, comparable à celui de matériels professionnels coûtant bien plus chers (systèmes optiques utilisés par les revues automobiles pour les mesures d’accélération, bancs à rouleaux utilisés par les constructeurs ou les préparateurs pour les mesures de puissance), et surtout prouvé en rubrique Fiabilité de PerfectPower – Pratique.

 

Bien sûr, si votre route de mesure n’est pas parfaitement plate, il pourra être utile de faire des mesures dans l’autre sens, et d’en faire la moyenne.

 

Veuillez noter également, et c’est très important, que ce bilan pose également les normes d’une utilisation irréprochable de PerfectPower ! Il est par conséquent tout à fait envisageable de sortir légèrement de ces valeurs, en cas par exemple d’une fixation non parfaite ou d’une route de mesure non parfaitement plate et lisse, ou simplement de conditions de mesure non parfaites (vent, moteur légèrement irrégulier, etc). En revanche, si vous sortez nettement de ces valeurs (plus de 5% de précision et/ou plus de 10% d’étendue en puissance par exemple), c’est que manifestement vous ne paramétrez pas et/ou n’utilisez pas correctement PerfectPower, ou encore que votre voiture ne fonctionne pas correctement (à ne jamais négliger)! Il vous faut alors, par ordre de priorité :

- Lire le Guide si vous ne l’aviez pas lu (ou le relire si vous ne l’aviez pas bien lu)

- Consulter la rubrique Résolution des erreurs

- Me contacter en rubrique Me contacter

 

Mais avant de faire tout cela, penchez vous déjà sur la fixation de votre téléphone et pensez à mesurer toujours exactement au même endroit (même route -la plus plate et lisse possible-, même sens, même point de départ) : à 95% , vous devriez avoir résolu votre problème...

 

Pour information, j’indique dans le Chapitre VII du guide comment mesurer ses performances avec PerfectPower tels des professionnels de l’automobile, et vous trouverez dans la rubrique Mes tests (en construction) le bilan des performances de mes voitures de test mesurées avec PerfectPower, bilan qui vous montrera l’incroyable étendue de tout ce que l’on peut faire avec PerfectPower dans le domaine des mesures de performances : n’hésitez pas à vous y reporter, vous serez alors définitivement convaincus que cette application est exceptionnelle et unique, et que c’est bien celle qu’il vous faut !

 

Quoiqu’il en soit, la conclusion de cette rubrique, c’est que lorsque PerfectPower est utilisée de façon irréprochable, alors elle vous gratifiera obligatoirement des niveaux exceptionnels de précision, de régularité, et de propreté de courbes établis dans ce chapitre !

 

 

Les certificats de Performances PerfectPower sont des documents crées par mes soins répertoriant les performances mesurées d'une voiture, et dont j'atteste le niveau de précision record revendiqué par PerfectPower, à savoir +- 1%. 

 

Les performances mesurées sont au minimum la puissance moteur et le couple moteur (tous deux normés DIN), qui constituent la spécialité de PerfectPower, mais vous trouverez aussi parfois des résultats de mesures d'accélérations, de reprises, de freinage, et de vitesse maxi / étalonnage compteur.

 

Le procédé de certification PerfectPower permettant de valider des mesures de puissance avec le niveau de précision record de +- 1% consiste à réaliser ses mesures en respectant strictement les 8 règles de certification PerfectPower, qui sont les 8 règles d'utilisation de PerfectPower décrites dans le chapitre V du guide (le chapitre-synthèse), mais avec une exigence accrue sur la précision des paramètres de la fiche Voiture et la fixation du téléphone:

 

- Norme DIN

- Récupération automatique des données météo en début de séance

- Mode de mesure = Mode Normal si bonne réception GPS, Mode Expert sinon

- Renseigner avec précision masse voiture (au kg près), cylindrée, transmission, dimension de pneus, rapports de boite / pont (par saisie manuelle ou étalonnage régime), S.Cx 

- Rapport boite = 2 ou 3, Régime mini = 1500 rpm, Régime maxi = rupteur ou zone rouge

- Utiliser impérativement le support pare-brise officiel SAMSUNG (réf EE-V200SABEGWW)

- Route la plus plate et lisse possible

-  Faire 4 mesures (sens 1/2/1/2) ==> Résultat OFFICIEL = moyenne de ces 4 mesures

 

Veuillez noter que ce cahier d'exigences implique une pesée préalable de la voiture sur une balance de précision, ce que PerfectPower réalise sans soucis puisque disposant d'une balance professionnelle 4 plateaux certification NIST (précision 0,1 % soit 1 kg / tonne) en provenance des USA:

 

Ici, la pesée de mon Audi S2 le Sa 13/08/2016: 3341 lbs soit 1515 kg avec le plein

 

Veuillez également noter que pour des résultats les plus "officiels" possibles (dans le sens comparables en tout point à des mesures sur banc à rouleaux freiné), la mesure doit durer idéalement de 10 à 15 s (du régime mini au régime maxi), ce qui correspond généralement à des mesures en 3 sur des voitures puissantes, et en 2 sur des voitures peu puissantes.

C'est un standard de durée de mesure que j'ai défini pour les mesures certifiées PerfectPower, et qui garantit un bon compromis entre des courbes de puissance / couple suffisamment "détaillées" et une bonne manoeuvrabilité sur route (longueur de route nécessaire bien inférieure à 500 m).  

Sur banc à rouleaux freiné, la norme retenue par les chefs-banc les plus sérieux est d'environ 15 s, durée que l'on peut facilement se permettre sur banc et qui représente également un bon compromis entre des courbes de puissance / couple bien "détaillées" et un comportement moteur sain, sans risque de cliquetis et/ou de surchauffe (sauf si problème mécanique bien entendu!).  

Si vous vous demandez pourquoi il FAUT attacher une grande importance à ce paramètre "durée de mesure" pour comparer des résultats de mesure de puissance, alors vous devez savoir que les résultats en moteur turbo sont TRES dépendants de la vitesse de montée en régime, surtout en couple maxi & régime de couple maxi, et que bien souvent, en moteur turbo, la PREMIERE cause de disparité de résultats inter-bancs (avant même les différences de lois de pertes retenues par les différents bancs) est... la différence de vitesse de montée en régime de la voiture! Je rédigerai prochainement un article technique à cet effet. 

MAIS quoiqu'il en soit, tout cela n'a aucune importance pour la fiabilité des Certificats de Performances PerfectPower puisque ceux-ci mentionnent la durée de mesure (ce qui n'est pas le cas de toutes les feuilles de bancs au passage...), que celle-ci ait été faite en 2 ou en 3, et ils certifient donc les résultats annoncés pour la durée de mesure mentionnée! 

 

EN définitive, les certificats de Performances PerfectPower sont d'une précision record et comparable à celle de matériels professionnels infiniment plus coûteux (bancs à rouleaux pour la puissance, et systèmes de lecture optique pour les accélérations, reprises, freinage, et vitesse maxi / étalonnage compteur), et la preuve vous en est apportée en rubriques PerfectPower / Bancs à rouleaux et PerfectPower / Systèmes de lecture optique